Rechercher

Enfer pour les uns, paradis pour les autres !




Ces six ans passés auront été celles du paradis pour les promoteurs et de l’enfer pour les Grassois.


Densification sur les boulevards Emmanuel Rouquier, sur l’avenue Victoria, bientôt 150 logements à Martelly et autant au petit Paris etc.


Partout sur le territoire poussent des immeubles et densifient le paysage, le modèle est toujours le même : construction moyenne de gamme, travaux rapides et aucun équipement nouveaux pour accompagner l’urbanisation : ni école, ni route, ni réseau.


Est-cela la seule ambition de nos dirigeants pour le territoire ?


Délivrer le maximum de permis de construire dans un contexte environnemental de plus en plus tendu ?


À l’opposé :


Quelles améliorations dans nos qualités de vie ?

Circule-t-on mieux sur le territoire ?

L’eau est-elle tout simplement potable ?

Quelles mesures pour faire baisser la fiscalité locale ?

Quel entretien pour nos équipements ?


Par exemple : la piscine altitude 500, sans doute le plus beau bassin du département et se trouve aujourd’hui dans un état lamentable ?

Quid de l’hôtel des parfums qu’on laisse squatter dans des conditions indignes ?

Le tri et le traitement des déchet est-il bien fait sur notre territoire ?

Quelles actions pour l’environnement ?

Quelle politique culturelle ?


Bref, vit-on mieux en 2020 qu’en 2014 sur notre territoire ?

La réponse est NON.


Il est impérieux de redonner sens à l’action politique et grand temps que les politiques soient enfin au service des citoyens et non l’inverse.

0 vue

© 2018 Philippe-Emmanuel de Fontmichel